ROCKETBOOK Everlast Executive Carnet connecté

Un produit innovant qui, à part quelques petits défauts, convainc par son ruban.

| |
ROCKETBOOK Everlast Executive Notizheft

Dans le style américain habituel, la firme ROCKETBOOK élève son carnet connecté Everlast Executive à l’altitude de l’Olympe des innovations produits par des déclarations telles que « The endlessly reusable intelligent notebook » (le carnet connecté intelligent réutilisable à l’infini).  J’ai passé la journée d’hier à examiner de plus près ce carnet connecté afin de déterminer si ce produit était en mesure de répondre aux attentes suscitées par cette déclaration.

Design et finitions

Il est évident que ROCKETBOOK souhaite convaincre ses clients non seulement sur le plan technique mais également esthétique.  Le carnet connecté Everlast Executive est enserré dans une couverture rigide flexible en matière plastique noir brillant et affiche une élégance subtile et moderne.  Au recto, logo sobre du produit et logo succinct de la marque s’affichent dans un vert vénéneux.  Sinon, la couverture est vierge et offre, si vous en avez envie, beaucoup d’espace pour une configuration personnalisée avec des autocollants, etc.  Le carnet connecté est relié par une spirale épaisse en plastique flexible, ce qui lui confère une impression de stabilité et de robustesse.  À l’intérieur, 36 pages au total également en matière plastique sont à la disposition de l’utilisateur.  Les pages du cahier ROCKETBOOK sont au format nord-américain des factures (140 x 216 mm), qui correspond approximativement au format A5.  Le carnet ne pèse que 210 g au total, ce qui en fait un vrai poids plume.

Rocketbook Everlast - Lieferumfang

 

Un épais chiffon gris pour effacer les pages ainsi qu’un stylo FriXion pilote sont également fournis.  Le chiffon affiche lui aussi le design ROCKETBOOK et donne également une impression de haute qualité.  Le stylo Clicker FriXion, en revanche, ne correspond pas vraiment à l’aspect élégant du produit.  Du moins par l’apparence, je pense qu’il serait plus approprié pour une trousse d’élève d’école primaire qu’à un carnet connecté aussi élégant.  Je souhaiterais que ROCKETBOOK développe en collaboration avec Pilot Pen un design plus approprié pour les stylos.

Cependant, je trouve l’impression extérieure globale toujours convaincante : j’apprécie de me balader avec ce carnet et je l’emporterais avec moi dans n’importe quel type de réunion.  Ce dont je doute, c’est que le matériau soit si robuste que le ROCKETBOOK Everlast dure vraiment indéfiniment et qu’il ne souffre pas d’usure au fil du temps.  Cependant, les premiers tests pratiques indiquent que, si ce n’est pas nécessairement pour toujours, le produit aura au moins une longue durée de vie.  J’estime qu’il serait judicieux d’inclure dans l’ensemble un sac en tissu assorti, ou quelque chose de similaire, grâce auquel l’utilisateur pourrait en outre protéger le carnet connecté pendant son transport.

 

Utilisation.

ROCKETBOOK promet à l’utilisateur une expérience classique du stylo et du papier lors de l’utilisation du carnet Everlast, associée à la possibilité de gérer facilement les notes numériquement : des promesses attrayantes pour ceux qui n’aiment pas écrire sur des tablettes avec des stylets à écran tactile classique, et qui préfèrent laisser l’organisation des documents papier à leur secrétaire, qui ne possède pas le sien.

Notes et croquis.

Les premières tentatives d’écriture avec le stylo FriXion sur les pages en matière plastique du carnet Everlast le démontrent immédiatement : la promesse d’une expérience classique du stylo et du papier ne peut être entièrement tenue.  Mais cela s’en rapproche beaucoup et semble beaucoup plus naturel que d’écrire avec un stylet tactile sur une tablette.  Personnellement, une journée m’a suffi pour m’habituer au fait que les pages sont un peu plus glissantes que le papier normal. C’est pourquoi cet écart par rapport aux promesses du fabricant n’a pas plus d’importance à mes yeux.

Ce qui est négatif dans l’écriture avec l’Everlast, c’est qu’il faut quelques secondes avant que l’encre ne sèche.  L’utilisateur risque de salir la note s’il passe dessus trop tôt avec sa main ou un stylo optique FriXion : un problème auquel tous les gauchers sont particulièrement confrontés.  Mais tous ceux qui se souviennent encore avoir écrit avec des stylos plume sauront comment faire face à cette situation sans se retrouver constamment avec des pages maculées devant eux.

Un outil d’aide à l’écriture extrêmement pratique est le motif à grille de points qui orne chaque page de Everlast ROCKETBOOK.  Ce modèle aide l’utilisateur à aligner notes et croquis horizontalement et verticalement, assurant ainsi des notes nettes qui peuvent être partagées avec d’autres.

Mais la chose la plus étonnante à propos de ce carnet est certainement la simplicité de la suppression des notes et autres croquis.  Pour les corrections ponctuelles, le stylo FriXion dispose d’une gomme.  Vous pouvez ainsi effacer l’encre comme si vous aviez écrit avec un crayon.  Pour effacer une plus grande quantité de notes, on peut utiliser le chiffon inclus.  L’utilisateur n’a qu’à humidifier un coin du chiffon avec un peu d’eau, essuyer une première fois la page, puis la sécher avec une autre partie du chiffon, et il aura une page vierge de notes prête à l’emploi

Numérisation et envoi.

La gestion des notes que l’utilisateur souhaite conserver se fait via l’application gratuite ROCKETBOOK : une application qui me convainc totalement car son installation et son utilisation sont très simples.

Après l’enregistrement, l’utilisateur n’a plus qu’à entrer les emplacements de stockage souhaités pour pouvoir lancer la numérisation et l’envoi.  Au total, sept destinations peuvent être définies, avec un grand nombre d’interfaces disponibles :

  • E-Mail
  • Google Drive
  • Evernote
  • Dropbox
  • OneNote
  • OneDrive
  •  Slack
  • Box
  • iCloud
  • SMS

Ces sept emplacements sont tous dotés d’un symbole individuel que l’on peut tous trouver au dos de la couverture et en bas de toutes les pages du carnet.  La première liste au verso sert de vue d’ensemble pour l’utilisateur, qui peut prendre note de la destination d’expédition respective à côté de chaque symbole.  La seconde simplifie l’envoi des notes, car en cochant le symbole correspondant, l’application sait automatiquement où la note doit être envoyée lorsqu’elle est numérisée.

Après avoir coché la destination d’expédition, l’utilisateur peut commencer à numériser ses notes, ce qui est vraiment amusant.  Dès que le mode Scan de l’application est activé et que la page de notes à numériser est placée dans le champ de l’appareil photo, quatre points jaunes apparaissent à l’écran et identifient les coins de la page.  La bordure noire encadrant chaque page permet de reconnaître les quatre coins en très peu de temps et de numériser sans aucune autre action de la part de l’utilisateur.  Ainsi, la page n’a même pas besoin d’être centrée au sein du champ de l’appareil photo,  Il suffit que les quatre coins de l’image soient détectables.  L’application fera ensuite le reste et fournira un scan net et bien droit.  La grille de points et le code QR, qui transmet le numéro de page à l’application, sont également éliminés et la luminosité et le contraste sont corrigés automatiquement.  Personnellement, je n’ai jusqu’à présent obtenu que des scans satisfaisants.  Cependant, d’autres testeurs parlent de problèmes dans de mauvaises conditions d’éclairage, ce que je ne peux confirmer.  Dans les réglages, l’utilisateur peut également modifier les corrections de couleur lors de la numérisation, bien que les options soient ici très limitées.  Dans les paramètres, l’utilisateur peut également modifier le nom donné aux scans automatiquement et activer la reconnaissance de l’écriture manuscrite pour la transcription des e-mails, ce qui fonctionne particulièrement bien.

Une fois que l’utilisateur a numérisé toutes les pages qu’il veut envoyer, il peut visualiser l’aperçu sur son téléphone portable et ensuite envoyer les numérisations.  S’il a coché les symboles correspondants sur les pages, l’application fait le reste automatiquement.  Au cas où l’utilisateur a oublié de le faire, il pourra sans problème sélectionner la destination par la suite.  Les notes peuvent être envoyées aux formats PDF ou JPEG, qui peuvent être spécifiées individuellement pour chaque destination lorsque les destinations d’expédition sont enregistrées.

La question qui se pose à ce stade est celle de la sécurité des données.  Où sont sauvegardées mes notes avant d’atteindre leur destination finale ?  Selon Jackie LeBlanc, Customer Success Manager chez ROCKETBOOK, la société ne conserve aucune note sur ses serveurs.  Les notes sont stockées soit sur le téléphone mobile utilisé pour les scans, soit sur le serveur en nuage spécifié en tant que destination d’expédition.  La seule exception concerne les notes envoyées à un serveur de messagerie.  Dans ce cas, les fichiers image passent par un service en nuage dènommé « Mandrill », qui compile l’e-mail.  Mais même là, aucune note n’est stockée : elles ne sont que « de passage ».  Ces déclarations correspondent à ce que l’utilisateur peut lire dans l’application sous « Politique de confidentialité » et la protection des données ne devrait donc pas constituer un problème.

Chargement en cours.

Aucune information sur le produit n'a pu être chargée.

${ productMain.product_title }

CHF ${ productMain.price }
Vers la boutique en ligne

Produits connexes

Conclusion

Pour être honnête : je suis enthousiasmé par cet innovant carnet connecté !  D’une part, le ROCKETBOOK Everlast se rapproche de l’expérience classique du stylo et du papier que j’aime tant et qui me manque dans les tablettes avec stylet.  D’autre part, il élimine ce besoin fastidieux de devoir ranger et sortir manuellement toutes ses feuilles de notes de son sac.  J’ai enregistré six dossiers Dropbox différents ainsi que mon adresse e-mail professionnelle et mes notes se retrouvent donc en quelques secondes exactement là où je veux les conserver pour pouvoir les retrouver plus tard.

De plus, le ROCKETBOOK est beaucoup moins cher et en même temps beaucoup plus robuste qu’une tablette avec un stylet pour écran tactile.  En tant qu’utilisateur, vous n’avez donc pas à craindre de le faire tomber.  Le ROCKETBOOK revient, bien sûr, beaucoup moins cher que le carnet de papier classique.  Mais, comme je l’ai dit, les pages peuvent être réutilisées à plusieurs reprises, et le matériau donne l’impression que vous pouvez le faire très souvent.  La différence de prix est ainsi remise en perspective et, de plus, en tant qu’utilisateur, vous contribuez également à la réduction de la consommation de papier.

Pour moi, le carnet de notes ROCKETBOOK Everlast Executive est un produit innovant qui convainc, quelques petites imperfections mises à part.

Commentaires

Nombre de commentaires: 0

Pour pourvoir laisser un commentaire, vous devez avoir un compte MEDIAMAG.

Vous n'avez pas encore de compte ? Accès à l'inscription